Ville amie des enfants

Département ami des enfants Intercommunalité amie des enfants

Prévention de la délinquance : « Notre approche a fait le pari de l'éducation et du partenariat »

 

Le Maire d’Issy-les-Moulineaux, André Santini*, a fait le choix de ne pas créer de police municipale et de mettre l’accent sur la prévention. Pourquoi ? Comment ? Rencontre.

VAE : Quel est l’esprit de votre politique en matière de prévention de la délinquance ?

André Santini : Nous souhaitons, à Issy-les-Moulineaux, une ville de tranquillité pour tous les citoyens. Nos actions de prévention de la délinquance se développent dans une logique de coproduction éducative et une mutualisation des moyens avec les services de l’Etat comme du Conseil Général des Hauts-de-Seine. Notre pari consiste à proposer une continuité éducative, de la petite enfance à la jeunesse.

VAE : Pourquoi votre ville a-t-elle choisi de ne pas créer de police municipale ?

André Santini : La police nationale travaille en étroite collaboration avec l’ensemble des services municipaux sur toutes les questions de prévention et de sécurité publique. La présence d’un officier de prévention dans les écoles, d’un policier référent dans les collèges, du commissaire à nos réunions publiques participent d’une confiance entre la population et les forces de sécurité. La police municipale ne m’apparaît pas nécessaire ; je préfère des services à l’adresse de la jeunesse dans les domaines de la culture, du sport et de l’action sociale à une police municipale. 

VAE : En quoi votre approche est-elle innovante ?

André Santini : Notre approche est particulièrement audacieuse car elle a fait le pari de l’éducation et du partenariat. A Issy-les-Moulineaux, la prévention repose sur une contractualisation avec de grands acteurs institutionnels sur des objectifs précis et mis en œuvre dans une approche très pragmatique. Tout se construit ensemble dans une démarche respectueuse des individus et de l’intérêt général. Le Maire assume une fonction de chef d’orchestre où chacun est invité à écrire sa partition avec compétence, rigueur et créativité.

VAE : Comment les animateurs de rue travaillent-ils avec les jeunes ?

André Santini : Les animateurs de rue rencontrent les jeunes aux abords des établissements scolaires, des halls d’immeubles ou des espaces verts. Certains jeunes nécessitent un soutien, un accompagnement sur mesure et une orientation vers des partenaires plus spécialisés. Ce qui m’importe, c’est de ne pas laisser un jeune se désespérer et se déstructurer. C’est toute la vocation de cette équipe d’agir, de mobiliser, de concerter pour dépasser des difficultés ponctuelles et reprendre le chemin du collège, du lycée ou de sa famille.

VAE : Quels sont les dispositifs d’aide et de soutien aux projets des jeunes à Issy-les-Moulineaux ? Y a-t-il des lieux d’accueil et d’expression pour les jeunes de votre ville ? Lesquels ?

André Santini : Plusieurs structures de notre Cité accompagnent les jeunes dans leurs projets. Je suis particulièrement attentif à encourager les rêves et idées des jeunes. Je pense aux séjours solidaires au Togo préparés par les jeunes Isséens dans notre Ville jumelle de Dapaong. Chaque année, l’Espace Jeunes accueille, informe et accompagne les jeunes sur les différents projets en matière de loisirs, de vacances, de formation, de réussite scolaire, de recherche d’emplois et d’accès à l’autonomie. L’Entrepont, la Halle des Epinettes et l’Espace Icare contribuent aussi à l’expression des jeunes talents par l’organisation de concerts et de spectacles de danse ou de théâtre.

VAE : Le point de vue des jeunes est-il pris en compte dans les dispositifs qui leurs sont destinés ?

André Santini : Il n’est pas concevable de construire des dispositifs au service des jeunes sans les associer et les consulter. Pour preuve, notre opération « coup de pouce pour le permis de conduire » a fait part d’une large mobilisation des associations et des instances de jeunesse. Cette initiative vise à soutenir 10 jeunes qui souhaitent préparer leur permis et s’engagent pour effectuer une activité d’utilité collective au service d’une association locale. Elle propose aussi des sessions spécialisées sur la prévention routière et le secourisme.

VAE : Les jeunes Isséens s’impliquent-ils dans la vie collective ? De quelle manière ?

André Santini : Je suis très attaché à la participation et à l’expression des jeunes. Dans ce contexte, j’ai créé deux instances de consultation et de concertation avec les jeunes et les élus locaux, le Conseil Communal des Jeunes pour les 11 à 17 ans, le Conseil Local de la Jeunesse pour les 18 à 25 ans. La participation à la vie collective c’est aussi l’accompagnement assuré par l’Espace Jeunes dans la création de juniors associations, par les Maisons de quartiers pour la création d’un spectacle « les jeunes scènes théâtrales » et enfin la présence de jeunes dans nos conseils de quartier.
 

* également Ancien Ministre et Député des Hauts de Seine

 

Mise à jour: 30/03/2015

Dernières actualités