« Les enfants syriens ont besoin d'oublier la guerre »

© UNICEF/2012

Dans un camp de réfugiés de Za’atari, en Jordanie, l’été et ses vents brûlants ont laissé place à la pluie et au froid. L’hiver arrive à grands pas et avec lui son lot de menaces pour les enfants… Rencontre avec Dominique Hyde, responsable de l’UNICEF en Jordanie qui fait le point sur la situation.

Quelles ont été les opérations mises en place par l’UNICEF, depuis l’ouverture de ce camp, en direction des enfants ?

« Depuis l’ouverture du camp de Za’atari, en juillet, nous avons assisté à une arrivée massive de familles par les frontières du sud de la Syrie. Sur les 30 000 réfugiés, la moitié sont des enfants. La majorité a été témoin d’horreurs et continue à subir la souffrance psychologique de la violence et du déplacement. C’est pourquoi, après avoir fait face aux urgences en termes de santé, de protection, d’eau et d’hygiène, il était indispensable de leur apporter des soins pour les guérir de leurs blessures émotionnelles et mettre à leur disposition des espaces de vie et de partage. Nous avons ouvert, avec l’accord du gouvernement jordanien, 28 classes du CP à la terminale, sous des tentes qui accueillent 2 500 enfants. Ces derniers qui n’allaient plus à l’école depuis six mois à un an, oublient la guerre en reprenant leur scolarité ».

Quelles sont les difficultés auxquelles vous devez faire face aujourd’hui ?

« Il faut nous préparer à affronter l’hiver. Les familles ont débarqué avec le minimum, les enfants n’ont que ce qu’ils portaient sur eux au moment où ils ont fui. La plupart n’ont pas de chaussures, ni de vêtements chauds. Le défi des semaines à venir pour l’UNICEF est de trouver des tentes plus imperméables au froid, installer du chauffage, mettre à disposition de l’eau chaude pour les douches et les lessives, mettre en place une cantine afin que les enfants puissent avoir un repas chaud le midi et ainsi apprendre dans les meilleurs conditions possibles. »

Pensez-vous à un apaisement de la crise ?

« Tout le contraire. La situation côté syrien est de plus en plus critique, il est devenu très difficile pour les familles de partir et venir se réfugier en Jordanie. Toutes ces familles voudraient rentrer chez elles au plus vite. Mais aujourd’hui on ne voit pas de solution rapide. On doit se préparer comme si l’urgence allait durer, s’assurer que ces familles puissent vivre avec dignité dans ce camp le temps qu’il faudra ».

L’UNICEF a lancé un plan hivernal pour faire face aux besoins des populations affectées par la crise syrienne, jusqu’en mars 2013. Pour déployer ce plan en faveur des enfants et des familles, l’UNICEF a besoin de 18,4 millions d’euros.

Les Collectivités amies des enfants peuvent aider l’UNICEF en relayant l’appel aux dons en ligne sur le site d’UNICEF France via leurs sites internet, leurs panneaux lumineux ou leurs journaux municipaux.

Merci pour votre aide !

Pour renvoyer sur la page de dons, cliquez ici.

 

Mise à jour: 24/04/2014

Dernières actualités