Ville amie des enfants

Département ami des enfants Intercommunalité amie des enfants

Aurillac : intervention sociale dans les écoles

© UNICEF France/Jacques Monnin

Le CCAS de la Ville d’Aurillac intervient depuis plusieurs années au sein des écoles primaires avec des travailleurs sociaux pour prévenir les situations à risque et lutter très tôt contre l’échec scolaire.

Au sortir d’un conventionnement avec le département du Cantal en 2002, les élus de la Ville d’Aurillac se sont interrogés sur le positionnement du service social du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS). Les professionnels regrettaient de n’avoir pas suffisamment de temps à consacrer aux familles, négligeant un accompagnement au plus près des enfants.

La priorité n’étant pas le lien parents-enfants, ni la réussite scolaire ou les activités de loisirs, les travailleurs sociaux ont proposé alors de repositionner leur service en intervenant au sein des écoles dans une logique de prévention.

Une première convention a été signée en 2003 avec l’Education nationale, reconduite, depuis, chaque année.

Comment ça marche ?

6 travailleurs sociaux sont répartis sur les 11 écoles publiques (2,6 ETP) et restent sur les mêmes secteurs pour suivre les familles sur plusieurs années et instaurer une relation de confiance.

Une permanence physique est assurée une ½ journée par semaine dans chaque école. Ce temps est consacré à recevoir les familles, ainsi qu’à la coordination avec le directeur de l’école et les enseignants. Le travailleur social est totalement intégré à la vie de l’école. Il participe aux réunions de rentrée des parents et aux conseils d’école. Il est un acteur important de l’accompagnement à la scolarité en orientant les enfants vers le soutien aux devoirs et l’éveil culturel proposés aux enfants par les 3 centres sociaux de la commune.

 En dehors de cette permanence, le professionnel peut être amené à se rendre au domicile des familles ou à effectuer des démarches auprès de certains partenaires.

« Il convient d’être le plus clair possible auprès des enseignants sur ce que recouvre ou pas l’intervention du CCAS » précise Anne VERMEIL, Directrice du CCAS. « Par exemple, nous ne nous occupons pas de l’insertion professionnelle des parents, ni de leurs difficultés à gérer un budget. Cela relève des prérogatives du département ».

Aujourd’hui, les directeurs des écoles n’imaginent pas le fonctionnement de l’école sans ces acteurs et concèdent facilement qu’ils les soulagent d’une partie des difficultés des familles auxquelles ils sont confrontés quotidiennement.

Pour en savoir plus, contactez Anne VERMEIL, directrice du CCAS d’Aurillac – anne.vermeil@aurillac.fr

Mise à jour: 14/05/2018

Dernières actualités