Rencontre avec André RICOLLEAU, Maire de Saint-Jean-de-Monts

En 2010, 5 Villes amies des enfants (Cholet, Fontenay-sous-Bois, Montbéliard, Nancy et Saint-Jean-de-Monts) ont fait le pari de participer à une recherche-action portée par le Centre de recherche Innocenti de l’Unicef sur l’exercice des droits de l’enfant au quotidien.

Les résultats de cette enquête ont fait apparaitre un nouvel outil de renforcement de la participation et de l’écoute des enfants et des jeunes pour la vie de quartier. Retour sur les enseignements tirés de cette expérience avec André RICOLLEAU, Maire de Saint-Jean-de-Monts.

Photo : Mairie de Saint-Jean-de-Monts

- Pourquoi la ville de St Jean-de-Monts a souhaité participer à cette recherche-action lancée par l’Unicef à l’échelle internationale ?
Nous avons souhaité participer à cette recherche parce qu’il paraît logique de s’investir en tant que Ville amie des enfants dans les travaux menés par l Unicef, mais également parce que nous avons besoin d’indicateurs pour évaluer notre politique enfance jeunesse. Par ailleurs, le fait de se confronter à des situations d’autres pays est également un outil pédagogique très utile pour notre jeunesse en termes d’ouverture.

- Quelles étaient vos attentes en participant à cette étude ?
Nous souhaitions avoir une analyse plus fine de nos actions engagées vers l’enfance et la jeunesse. Il nous paraissait intéressant de connaître l’opinion des parents et des enfants sur des sujets qui touchent le quotidien, la sécurité, l’hygiène, l’offre de loisirs...Mais c’était aussi un moyen pour nous de mettre le doigt sur nos failles et de nous améliorer.

- Au regard des résultats obtenus, quels enseignements tirez-vous pour la participation et l’écoute des enfants et des jeunes ?
Nous avons pu être surpris par certaines réponses. Cela nous oblige à retravailler certains points comme la communication par exemple.
Nous souhaitons également mener une réflexion sur le Conseil d’Enfants pour faire surgir la parole de l’enfant de façon différente, plus spontanée sans la « manipuler » ce qui peut être une tentation de l’adulte. Nous envisageons prochainement une participation du conseil d’enfants à un conseil d’adultes avec un ordre du jour commun.

- Et pour un renforcement du dialogue entre les enfants et les adultes ?
Nous avons mis en place, depuis notre participation à cette recherche, un comité de parents dans les différents équipements enfance/jeunesse de la ville, ainsi qu’un processus de participation et d’implication des jeunes dans la mise en place des séjours (foyer de jeunes, respect des règles, respect du budget, respect des règles de vie en communauté).

- Selon vous, quelle peut être la suite d’une telle étude localement ?
Nous souhaitons retravailler cette enquête en l’adaptant sur certains points au niveau local afin de pouvoir l’utiliser de façon régulière et d’en faire un véritable outil d’évaluation en complément du tableau de bord VAE.

Mise à jour: 30/03/2015

Dernières actualités